La vie ne danse qu'un instantMussolini s’élance à l’assaut du seul pays libre et indépendant du continent africain, l’Abyssinie. Nous sommes en 1936. L’héroïne, la belle américaine Alice Clifford, couvre cette guerre pour le New York Herald Tribune.

Dans ce denier roman La vie ne danse qu’un instant (Albin Michel), Theresa Révay nous conte la vie trépidante de « cette clique indisciplinée, parfois bagarreuse » des correspondantes de guerre qui suivent pas à pas ce monde qui vacille des années 30.

À Rome, Alice s’éprend d’un jeune diplomate proche du pouvoir fasciste. Son goût pour la liberté sera-t-il plus fort que cet engouement qui monte en Europe en faveur des régimes dictatoriaux ?

Alice a soif de comprendre ces pays et ces peuples qui courent vers la guerre. On la retrouve sur tous les fronts. Elle essuie en Espagne des tirs d’artillerie des troupes nationalistes du général Francisco Franco et croise d’autres journalistes comme le français Antoine de Saint-Exupéry ou l’américain Ernest Hemingway. Elle assiste, malgré elle, à la tragique nuit de Cristal dans les rues de Berlin en se demandant pourquoi les ténèbres, l’obscurantisme, le racisme et la haine ne finiraient-ils pas par triompher ? Elle apprend les premiers massacres de juifs et l’élimination du clergé polonais. Elle s’interroge sur le silence de Pie XII puis découvre les conspirations qui hantent les couloirs du Vatican…

Tout en suivant Alice, femme libre, amoureuse pour qui la vie ne danse qu’un instant, nous regardons à la loupe l’histoire de cette Europe en feu avec l’œil aguerri d’une journaliste indépendante. Le résultat de cette enquête historique est brillant. Nous croisons sœur Pascalina Lehnert et apprenons sur le rôle déterminant de cette secrétaire du nonce Eugenio Pacelli devenu le Pape Pie XII. Nous accompagnons Edda Mussolini Ciano et comprenons le courage de la fille ainée du Duce. Nous sommes au quotidien avec Galeazzo Ciano, gendre de Mussolini, et « vice-Duce » quand il rédige son journal politique I diari...

Theresa Révay nous offre là un magnifique roman et un vrai livre d’histoire.


Theresa Révay : La vie ne danse qu’un instant (Albin Michel)