Project Description

Henri Bentégeat ©DR

Présence : samedi 23 novembre uniquement

Henri BENTEGEAT, ancien Chef d’état-major des armées françaises (2002-2006), ancien Chef de l’état-major particulier du Président Chirac (1999-2002), ancien adjoint du Chef de l’état-major particulier du Président Mitterrand (1993-1995).

Chefs d’Etat en guerre – Perrin

Le pouvoir face à la guerre. La métaphorphose suprême, de chef d’Etat en chef des armées.

« La guerre est la mère, la reine, la souveraine de l’Univers », proclamait Héraclite, à l’image d’une société vivant sous la pression des armes et où la paix ne pouvait être qu’un état transitoire, une pause précaire entre deux affrontements.

Tel n’est plus le cas. Le recours à la force sur la scène internationale a été, sinon banni, du moins encadré par le droit, et la multiplicité de nouveaux acteurs non étatiques en a compliqué l’équation, au point que la frontière entre guerre et paix est souvent devenue insaisissable. Pour autant, « la paix perpétuelle », appelée de ses vœux par Kant, n’en reste pas moins hors d’atteinte.

Aussi la responsabilité première des chefs d’Etat demeure-t-elle la protection de leurs concitoyens et la défense de leurs intérêts, fût-ce par les armes, ce que Machiavel a théorisé : « La guerre, les institutions et les règles qui la concernent sont le seul objet auquel un prince doive donner ses pensées et son application. »

Comment les prédécesseurs de nos actuels responsables suprêmes ont-ils affronté ce fléau tragique, pour le contenir ou l’encourager, pour protéger leurs peuples ou les précipiter dans la tourmente, pour assouvir leur soif de gloire et leurs rêves de grandeur, pour promouvoir, enfin, leurs idéaux ou leurs utopies ? Cet ouvrage n’a pas l’ambition de passer leurs batailles au crible des théories stratégiques ou tactiques des conflits armés, mais d’exposer leurs choix, heureux ou funestes, dans la préparation et la conduite de la guerre. De 1850 à nos jours, six chefs d’Etat étrangers (Lincoln, Churchill, Staline, Hitler, Ben Gourion, Lyndon B Johnson) et quatre français (Napoléon III, Clemenceau, Mitterrand, Chirac) ont été choisis pour illustrer les ressorts de la décision politique dans ce domaine essentiel et paroxystique de leurs responsabilités.

Leur tempérament, leur clairvoyance, leur capacité à mobiliser les moyens de la victoire et à s’assurer du soutien de leurs peuples, leur éthique même, sont autant d’éléments constitutifs de leurs succès ou de leurs échecs.