Project Description

Présence : samedi 23 et dimanche 24 novembre

Historienne puis réalisatrice, Carole Trébor est aujourd’hui écrivaine, elle écrit entre autres des ouvrages historiques, parfois teintés de fantastique, pour les enfants et les adolescents. Elle est aussi l’une des autrices du best seller U4.

Combien de pas jusqu’à la lune ? Katherine Johnson, la femme qui a permis aux hommes d’aller sur la lune – Albin Michel

Dans les années 1920, en Virginie occidentale, Joshua et Joylette habitent une modeste ferme avec leurs quatre enfants, à qui ils transmettent leur curiosité du monde et une dignité teintée de modestie. « Vous êtes aussi bons que n’importe qui dans cette ville, mais vous n’êtes pas meilleurs. », ne cesse de répéter le père. Katherine, la benjamine, passe ses journées à compter. Elle calcule le nombre de pas pour aller à l’école, mesure la hauteur des arbres, se questionne sur la distance qui sépare la Terre de la Lune… Grâce à ses capacités exceptionnelles, elle entre au lycée à 10 ans, puis obtient ses diplômes universitaires à 18. Elle commence ensuite une carrière de professeure, mais c’est un autre avenir qui l’attire… Dans une Amérique où les droits des Noirs et des femmes restent encore à conquérir, elle trace consciencieusement sa route dans l’ingénierie aérospatiale à la NACA puis à la NASA. Et au fil des ans, malgré les réticences d’un milieu masculin marqué par la ségrégation et une forme de misogynie, elle prouve sa légitimité par l’exactitude de ses équations et l’ingéniosité de ses raisonnements. Et c’est à elle qu’en 1962, l’astronaute John Glenn demande de vérifier la justesse des calculs de sa trajectoire avant de partir en orbite autour de la Terre. Sept ans plus tard, on lui confie le calcul de la trajectoire d’Apollo 11. Objectif visé : la Lune. Dans l’ombre des hommes, Katherine fait, à sa manière, également décoller les droits des femmes et des Noirs.

À partir de 13 ans.

Gromislav, le géant qui couvait la Terre – Aleph

Un géant dort sous nos pieds et il ne faudrait pas le réveiller !

« Svarog fit partir des interminables doigts du géant dix routes qui menaient vers tous les coins du monde. Des yeux humides de Gromislav, le dieu fit jaillir des sources d’eau pure comme l’était son âme. Il donna à son sang la couleur de l’humus. Puis il recouvrit doucement le gigantesque corps endormi de champs de fleurs où virevoltait du pollen, de bois où nidifiaient des oiseaux et de rivières joyeuses.

Depuis ce jour, Gromislav continue de dormir.

Il est là, sous nos pieds, le géant assoupi,

sous l’humus de nos forêts, le bitume de nos villes,

sous les plages et les champs, les plaines et les vallées,

sous les fleuves et les mers.

Sentez-vous parfois son souffle dans le vent de l’hiver ?

Avez-vous aperçu son reflet entre les nénuphars d’un étang ?

Vous le reconnaîtrez, un jour ou l’autre, si vous êtes attentifs au vent qui frôle la lumière, aux paroles des arbres et à la danse des vagues. »

Cette fable écologique inspirée de la mythologie slave est un appel à la protection de la planète, mais aussi à la création et à l’imaginaire. Gromislav fait figure de héros atypique, loin des stéréotypes de la toute-puissance. À la fois puissant et fragile, lente et fort, brave mais toujours prompt à faire la sieste, il nous amène à contempler la création du monde et la naissance de la vie sur Terre.